Le génie logiciel : une science permettant le développement de logiciels


Le génie logiciel est une science de génie industriel consacrée aux études des méthodes de travail  des ingénieurs développant des logiciels.

genie-logiciel.jpg

C’est une série d’activités de création de mise en œuvre des procédures ayant pour but de rationnaliser la production de logiciel. Bref,  le génie logiciel est l’art de créer de bons logiciels présentant un rapport qualité/prix accessible. Il repose sur des méthodologies et des instruments admettant la formalisation et l’automatisation de la production de logiciels. Les ingénieurs issus des écoles d’informatique utilisent fréquemment cette science.

Le génie logiciel comme profession de l’ingénieur

Le titulaire d’un diplôme en génie logiciel  a le rang d’ingénieur et peut exercer comme ingénieur logiciel, ingénieur informatique ou ingénieur au niveau création de logiciel. Il est apte à s’adapter dans tous les domaines où le développement de logiciel s’avère nécessaire. Ainsi, il peut exercer dans une société de services en ingénierie informatique, dans un éditeur de logiciels, dans d’autres entreprises d’envergures privées ou publiques.

L’ingénieur informaticien et l’ingénieur en génie logiciel  ont  suivi  des troncs communs, et par la suite l’ingénieur informaticien  se spécialise au niveau matériel, sur les systèmes embarqués et l’électronique et numérique tandis que l’ingénieur en génie logiciel  approfondit le cycle de développement de logiciel surtout la contrôle, l’authentification, les requêtes et les rigueurs de logiciels.      

Les normes internationales

Le génie logiciel se réfère  sur une liste de normes de niveau international admettant de décrire le champ de connaissance et d’application. Par exemple, l’ISO 15504 détermine une série structurée de bonnes pratiques dédiées à l’appréhension, aux mesures et à l’amélioration de la qualité des produits d’une société d’ingénierie informatique.

normes-internationales.jpg

Les normes internationales  sont nécessaires pour lutter contre les phénomènes dits « obstacles techniques au commerce » provoqués par les normes non harmonisées. Les industriels  voués à l’exportation ont toujours besoin de s’accorder sur les normes internationales pour maintenir et améliorer les échanges commerciaux.